Charles Fontaine, “Roy, qui n’as pareil que ton Pere”, 1557

“Au Roy.”

Roy, qui n’as pareil que ton Pere,
Du cler Phebus amy prospere,
Fay que ma Muse droite et juste
Te chante Mecenas, Auguste ;
Fay que je chante que tu n’as
Rien moins d’Auguste et Mecenas.

Source : Odes, enigmes et epigrammes, 1557.



Citer ce billet
Equipe éditoriale de la Fleur des Tanneurs (2024, 12 mai). Charles Fontaine, “Roy, qui n’as pareil que ton Pere”, 1557. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ntp

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search