François Habert, “Frere Martin au retour de matines”, 1549

“De frere Martin.”

Texte

Frere Martin au retour de matines
De son Prieur la servante mena
Dedans son lict bien tendu de courtines
Et avec elle un peu se demena.
“Malheureux est” (dist il) “celuy qui n’a
Pour ce deduict une femme en ce monde !
Parquoy ne fault que plus je me morfonde,
Dans le convent, faignant de servir Dieu,
Je getteray mon froc dans l’eau profonde
Pour une femme avoir en autre lieu.”

Source : Le Temple de Chasteté, 1549.



Citer ce billet
Equipe éditoriale de la Fleur des Tanneurs (2024, 12 mai). François Habert, “Frere Martin au retour de matines”, 1549. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ntl

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search