Guillaume Des Autels, “Voudrois tu mieux appercevoir ma flamme ?”, 1550

“A elle mesme.”

Texte

Voudrois tu mieux appercevoir ma flamme ?
Pourrois je mieux ta glace appercevoir
Qu’en deux bouquets, dont en mesme temps, dame,
Tu retins l’un, l’autre me feis avoir ?
Le tien on ha dedens ton sein peu voir
Trois jours entiers durer pour ta froideur ;
Le mien n’ha eu trois heures ce pouvoir,
Estant soudain seiché par mon ardeur.

Source : Repos de plus grand travail, 1550.



Citer ce billet
Equipe éditoriale de la Fleur des Tanneurs (2024, 12 mai). Guillaume Des Autels, “Voudrois tu mieux appercevoir ma flamme ?”, 1550. Fleur des Tanneurs. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ntm

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search