François Habert, “D’ung seul baiser content point je ne suis”, 1542

“Response de l’Autheur.”

Texte

D’ung seul baiser content point je ne suis,
Car en baisant mon feu point ne s’appaise,
En languissant ton amour je poursuys,
Et mon feu croist alors que tu me baise.
Ainsi que plus s’eschauffe la fornaise,
Quand plus on souffle, or doncques point ne pense
D’ung seul baiser me donner recompense :
Car si je voys que rigueur tu me face,
Au don d’aymer, je fuiray ta presence,
En eslongnant mon regard de ta face.

Source : Le Livre des visions fantastiques, 1542.



Citer ce billet
Equipe éditoriale de la Fleur des Tanneurs (2024, 4 avril). François Habert, “D’ung seul baiser content point je ne suis”, 1542. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5z8

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search