François Habert, “Advint un jour qu’une vieille effacée”, 1549

“D’une vieille et d’un faulx prescheur.”

Texte

Advint un jour qu’une vieille effacée
Par le chemin son ordure faisoit,
Jusques au sein sa cotte estoit troussée
Qui de monstrer son cul ne luy nuysoit.
“Va te cacher villaine !”, ce disoit
Un faulx prescheur, qui lors passoit par là.
“Ha !” (dist la vieille en escoutant cela)
J’ayme trop mieulx monstrer ce que je porte,
Que de celer ce que Dieu revela,
Comme tu fais, Cagot, en mainte sorte.”

Source : Le Temple de Chasteté, 1549.



Citer ce billet
Equipe éditoriale de la Fleur des Tanneurs (2024, 12 mai). François Habert, “Advint un jour qu’une vieille effacée”, 1549. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ntn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search