Jean Paradin, “Lors que ma mere enceinte me portoit”, 1546

“De l’Hermaphrodite.”

Lors que ma mere enceinte me portoit,
Et dens ses flans doulcement me traictoit,
L’on dict qu’aux Dieux alla conseil quester,
Pour d’eulx sçavoir, qu’ell’ devoit enfanter.
Phebus, parlant, luy ha un filz prefix ;
Mars, fille dict ; Juno, fille ny filz.
Et quand fuz nay, je fuz Hermaphrodite.
     Apres, voulant ma mort estre predite,
Aux Dieux susdicts demande sans sejours,
De quelle mort je finerois mes jours.
Phebus respond : “Il mourra d’un cousteau”,
Mars dict pendu et Juno dedens l’eau.
Voila comment chascun d’eulx m’infortune.
Advenue est toute ceste fortune :
Car pres de l’eau un tres bel arbre estoit,
Qui ses rameaux par dessus l’eau jettoit,
Dessus lequel monter je m’esvertue.
Lors en tombant le mien cousteau me tue,
Mais par les pieds une branche m’arreste,
Et dedens l’eau bien avant chet ma teste.
Ainsi de moy homme estant, femme et neutre,
En eau’, de glaive et pendu fut le meurtre.

SourceMicropaedie, 1546.


Pour citer cet article : Jean Paradin, “Lors que ma mere enceinte me portoit”, 1546, texte édité par Alina, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 2 mai 2021, https://fdt.hypotheses.org/678, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search