Clément Marot, “Si jamais fut ung paradis en terre”, 1538

“À Anne.”

Texte

Si jamais fut ung Paradis en Terre,
Là où tu es, là est il, sans mentir ;
Mais tel pourroit en toy Paradis querre
Qui ne viendroit fors à peine sentir ;
Non toutesfoys qu’il s’en doibt repentir,
Car heureux est qui souffre pour tel bien.
Doncques celluy que tu aymeroys bien,
Et qui receu seroit en si bel estre,
Que seroit il ? Certes je n’en sçay rien,
Fors qu’il seroit ce que je vouldrois estre.

Source : Œuvres, 1538.



Citer ce billet
Pauline Oden (2024, 6 avril). Clément Marot, “Si jamais fut ung paradis en terre”, 1538. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6g6

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search