Michel D’Amboise, “Quand les beaultez je voy des corps coelestes”, 1542

Quand les beaultez je voy des corps cœlestes
Et que je pense à toutes les terrestes,
J’en trouve tant, que j’en suis esbahy :
Lune, soleil, estoilles manifestes,
Planettes beaulx, nommez en mille textes
Et le surplus dont le ciel est garny ;
Du demourant, le nombre est infiny
Et ne pourroit jamais plume l’escripre.
Mais qui vouldroit en peu de motz les dire,
Ta grand beaulté, il mettroit en effaict,
Que je maintiens, qui qu’en vueille mesdire,
Des grans beaultez, le chef d’œuvre parfait.

Source : Le Secret d’amours, 1542.


Pour citer cet article : Michel D’Amboise, “Quand les beaultez je voy des corps coelestes”, 1542, texte édité par Amandine Saison, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 25 février 2021, https://fdt.hypotheses.org/686, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search