Jean Doublet, “Le Soleil reculant / Nos jours nous rongne”, 1559

“D’absence d’amie.”

Texte

Le Soleil reculant
     Nos jours nous rongne,
Et avec lui coulant
     L’Esté s’eloigne.

Les vens troublent la mer,
     Branlent la terre.
Neige se voit semer,
     Glace tout serre.

Il n’est plus d’oiseau dous,
     Qui chanter vueille,
Et plus ne voions nous
     Ni fleur ni fueille.

Ainsi ma vie en dueil
     Toute se tourne,
Quand, mon Soleil, ton oeil
     Ailleurs sejourne.

Plus ne voi que langueur :
     Et mille doutes
Viénent glacer mon cueur
     Sans raison toutes.

L’Aout a beau arriver
     Car, toi absente,
Toujours ce triste iver
     Faut que je sente.

Source : Elégies, 1559.



Citer ce billet
Luce Raux (2024, 5 avril). Jean Doublet, “Le Soleil reculant / Nos jours nous rongne”, 1559. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w64e

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search