Guillaume Des Autels, “J’ayme ma Sainte en tout bien et honneur”, 1550

“De son amour[1].”

Texte

J’ayme ma Sainte[2] en tout bien et honneur,
Et ne pretends rien, sinon qu’elle m’ayme,
Je ne veuil[3] point avoir d’autre bonheur
Pour satisfaire à mon amour extreme. 
Mais si un autre est aymé d’elle mesme[4],
Et peult au bien que je n’espere atteindre[5],
Vien t’en, ô Mort, soudain ma vie estreindre,
Car de regret je languiray aussi.
Je crains cela et ce qui me fait craindre
Est que souvent Amour se joue ainsi.

Source : Repos de plus grand travail, 1550.


Notes

[1] Cette forme de titre est issue de la tradition latine. En effet, chez les auteurs latins de l’antiquité, les titres d’œuvres commencent souvent par la préposition de, ce qui signifie « à propos de ». Ainsi, Lucrèce, un poète latin a intitulé son œuvre De natura rerum (De la nature des choses), cette façon de faire s’est perpétuée notamment à la Renaissance où on a beaucoup imité les Anciens. Pour les latinistes en herbe, de est suivi de l’ablatif.

[2] Surnom que Des Autels donne à la femme aimée qu’il célébre dans ses vers. Cette pratique était courante dans la poésie du temps : les poètes pouvaient chanter aussi bien des femmes désignées par un prénom (Laure pour Pétrarque, Cassandre, Marie ou Hélène pour Pierre de Ronsard, Olive pour Joachim Du Bellay, Claire pour Louis Le Caron, Méline ou Francine pour Jean-Antoine de Baïf) que par une désignation plus symbolique (L’Admirée pour Jacques Tahureau ou Pasithée pour Pontus de Tyard, par exemple). Mais que ces muses portent ou non un prénom de femme, il n’est pas toujours certain qu’elles renvoient à des amoureuses bien réelles. Il est fréquent pour les poètes du temps d’imiter des modèles du passé et de chanter l’amour pour une belle à la façon de Pétrarque, que cette belle existe dans leur vie ou pas et, si elle existe, que leur amour ressemble ou non à ce qui est représenté dans ces modèles anciens.

[3] Je ne veux.

[4] En français moderne le -s de “mesme” a disparu mais le mot porte encore la marque de cette lettre supprimée sous la forme d’un accent circonflexe. Il en va de même pour le mot hôpital dont la forme ancienne est « hospital » (on retrouve cette forme en anglais). Le -s est d’ailleurs encore présent dans l’adjectif « hospitalier ».

[5] En français moderne et en prose nous n’adopterions pas le même ordre des mots. Nous dirions plutôt : “Et peut atteindre au bien que j’espère”. Comme ce “bien” fait référence à l’amour de la dame, il faut comprendre : “Si un autre est aimé de ma Sainte alors même que moi je ne peux même pas espérer avoir son amour…”


Questions

Compréhension
  1. Paraphrasez le texte en quelques mots.
  2. Comment comprenez-vous l’expression : « en tout bien et honneur » ? Nous avons toujours aujourd’hui une expression proche : quelle est-elle ?
Interprétation
  1. La femme aimée est désignée par le groupe nominal “ma Sainte” : quel effet cela produit-il ?
  2. Quel est le schéma des rimes du dizain ? Dans quelle mesure les rimes sont-elles signifiantes ?
  3. Comment expliquez-vous que certains noms communs débutent par une majuscule ?
  4. Analysez le deuxième vers : qu’est-ce que la position et les fonctions respectives des 1ère et 3e personnes du singulier révèlent du rapport entre les deux protagonistes ?
  5. Relevez les négations dans le texte. Que révèlent-elles ?
  6. Que remarquez-vous dans la structure du vers 9 ? Comment appelle-t-on cette figure de style ? Quel effet produit son utilisation ?
  7. Quel est selon vous le registre de ce texte ? Justifiez votre réponse.
  8. En quoi cette épigramme vous semble-t-il pétrarquiste ?
Bon à savoir

Josse van Wassenhove, Portrait de Pétrarque, XVe siècle, conservé à Urbin, Galleria Nazionale delle Marche [Source : Wikimedia]

Pétrarquisme
Le nom de ce mouvement est tiré de celui de Pétrarque, un poète italien du XIVe siècle qui chante ses amours malheureux avec Laure, une femme inaccessible. Sa poésie a beaucoup de succès, elle est imitée d’abord en Italie puis en France où elle se diffuse. Le pétrarquisme est né : les poètes reprennent les mêmes trames – un amour malheureux pour une femme inaccessible qui repousse cruellement leurs avances ou qui est dans l’incapacité d’y répondre ; des images cosmiques ; l’objet de l’amour est extrêmement valorisé.


Pour aller plus loin

Sur un moteur de recherche, saisissez le nom du poète – Guillaume Des Autels – et le titre du poème, qu’observez-vous ?


Glossaire, j’y serre mes gloses*

[*D’après un titre de Michel Leiris]


Pour citer cet article : Guillaume Des Autels, “J’ayme ma Sainte en tout bien et honneur”, 1550, texte édité par Caroline Dorléans, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 7 mars 2021, https://fdt.hypotheses.org/690, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search