François Habert, “Estre inutile, affermer oses tu”, 1549

“D’un Medecin d’eau doulce qui disoit Poésie inutile.”

Texte

Estre inutile, affermer oses tu,
Celuy qui ha l’esprit à Poesie,
Et que c’est l’art d’un homme sans vertu,
Pour labourer ayant la main moysie.
Mais quel labeur plaist à ta fantasie
Pour emporter sur nous l’honneur et pris ?
C’est medecine où tu n’as rien apris
Depuis qu’icy tu es congneu de tous,
Fors à songer l’heure qu’un rat est pris,
Ou à guerir chien et chatz de la toux.

Source : Le Temple de Chasteté, 1549.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sarah Ulrich (6 avril 2024). François Habert, “Estre inutile, affermer oses tu”, 1549. Fleur des Tanneurs. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6g5


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search