Gilles d’Aurigny, “Quand ta langue fait son devoir”, 1547

« A luy mesmes »

Introduction

Page de titre du Tuteur d’Amour de Gilles D’Aurigny, Lyon, Jean de Tournes, 1547 [Source : Gallica].

Gilles d’Aurigny est né à Beauvais. Surnommé “le Pamphile” il est un homme de loi et un poète français. On ne sait pas grand-chose de sa vie, sinon qu’il fut avocat au Parlement de Paris, séduit par les idées religieuses de la Réforme et qu’il mourut en 1553. Il a publié des ouvrages très variés, dans les différents domaines qui l’ont intéressé. Parmi ces publications, on trouve le recueil poétique intitulé Le Tuteur d’amour auquel nous allons nous intéresser plus précisément.

Il existe plusieurs éditions de cette œuvre, mais nous suivons ici celle de Jean de Tournes en 1547. L’ouvrage est composé d’un très long poème mythologique, mettant en scène un narrateur cherchant à limiter les dégâts produits par le dieu Amour (c’est cet opuscule qui donne son titre, Le Tuteur d’amour, à l’ensemble du livre) suivi d’un recueil de textes poétiques plus brefs, notamment des épigrammes, sur des sujets et des tons très variés. Celui du texte qu’on lira ici est particulièrement vif. Il fait suite à un premier dizain adressé “À un glorieux malplaisant / Et des gens de bien, maldisant”, c’est-à-dire à un médisant.


Texte

Quand ta langue fait son devoir
D’estre piquante, aspre et legere,
J’aymerois mieux ouyr et voir
Une orde et pute harengere[1],
Laquelle en plein marché s’ingere[2]
De blasmer l’un et l’autre aussi :
Au diable soit la langue fiere
Du maldisant qui parle ainsi.

Source : Le Tuteur d’amour, 1547.


Notes

[1] “Une sale et méprisable marchande de harengs”. Les adjectifs ord (sale) et put (sale, méprisable, vil) sont sortis d’usage mais nous en conservons des traces dans les noms communs ordure (au sens propre de déchets mais aussi en tant qu’insulte au sens figuré) et pute (terme grossier synonyme de prostituée) qui conservent cette même connotation très péjorative. Les poissonnières, femmes du peuple, étaient associées aux cris voire à la grossièreté parce que, sur les marchés, elles parlaient fort pour attirer l’attention des acheteurs, sans se préoccuper des bonnes manières.

[2] Se mêle, sans en avoir le droit.


Questions

  1. Recherchez la définition de l’invective : exemples précis à l’appui, montrez que ce huitain relève bien de cette définition.
  2. A qui s’adresse le poète ? Que reproche-t-il à cet interlocuteur ?
  3. Cherchez et lisez dans Fleur des Tanneurs d’autres épigrammes de Gilles D’Aurigny : ces épigrammes vous paraissent-elles comparables ? Justifiez votre réponse.

En lisant, en écrivant*. Écrit d’appropriation

[*D’après un titre de Julien Gracq]

Sujet de réflexion

La poésie vous semble-t-elle un genre adapté à l’invective ? Pourquoi ?

Sujets d’exposé

Faites des recherches sur :

  • L’invective dans la poésie de Paul Verlaine ;
  • Le recueil Amœnitates belgicæ de Charles Baudelaire.

Pour citer cet article : Gilles d’Aurigny, “Quand ta langue fait son devoir”, 1547, texte édité par Célia Sadrin, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 6 mai 2021, https://fdt.hypotheses.org/722, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search