Pierre Cousteau, “D’un mendien tu ne verras qu’à peine”, 1555

Le bissac d’un mendien.
Contre avares.”

     D’un mendien tu ne verras qu’à peine
La panetiere ou besasse estre pleine :
Plus tu luy donne et plus il t’importune.
     À un avare onc ne pleut sa fortune
Et s’il avoit le cornet d’abondance,
Plus il seroit en misere et souffrance. 

Source : Pierre Cousteau, Le Pegme, 1555.


Pour citer cet article : Pierre Cousteau, “D’un mendien tu ne verras qu’à peine”, 1555, texte édité par Clara Marquet, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 26 février 2021, https://fdt.hypotheses.org/727, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search