Charles de Sainte-Marthe, « Je n’ay qu’un Dieu et un Roy en ce Monde », 1540

« Au Roy tres chrestien. »

Introduction

L’auteur de cette épigramme est Charles de Sainte-Marthe (1512-1555 ?). Son père est médecin de l’abbaye royale de Fontevraud et c’est là que Charles grandit. Il fait ensuite des études de théologie, discipline qu’il enseigne en 1536 à l’Université de Poitiers. Cela ne l’empêche pourtant pas, en marge de travaux ouvent religieux et en latin, de composer aussi un ouvrage intitulé La Poesie Françoise (1540), dans lequel se trouve le poème qui suit. Il s’agit d’un recueil dans lequel on observe une forte influence d’autres auteurs et poètes de son temps tels que Clément Marot, Marguerite de Navarre ou encore François Rabelais.
Séduit par les idées nouvelles de l’évangélisme, Charles de Sainte-Marthe est inquiété à plusieurs reprises pour ses positions religieuses jugées hérétiques. Ainsi, en 1541, il envisage de rejoindre Genève, où ceux que l’on nomme encore les Réformés et qui deviendront ensuite les Protestants, sont bien accueillis et protégés. Mais il est arrêté à Grenoble et incarcéré. Son procès s’éternise. Il ne sort finalement de prison, en 1543, que grâce au soutien de la sœur du roi François Ier, Marguerite de Navarre, qui partage ses convictions religieuses et qui est intervenue en sa faveur auprès de son frère. Le roi signe le 14 avril 1543 un rescrit qui met fin au procès. Il faut tout de même que Sainte-Marthe abjure sa foi, qu’il fasse amende honorable et qu’il ne revienne plus jamais dans le Dauphiné, dont il est banni. Mais au moins, il est libre.


Texte

Je n’ay qu’un DIEU et un Roy en ce Monde,
Et à ces deux veulx faire obeissance.
CHRIST, le premier, est mon DIEU sur qui fonde
Par ferme Foy ma totale Esperance.
Mon Roy tu es, tres chrestien Roy de France,
Franc Roy Françoys, refuge de Minerve.
Le debvoir veult que l’un et l’autre serve,
De quoy au Cueur j’ay tres fervente envie,
À CHRIST mon DIEU, mon Ame je reserve,
À toy mon Roy, j’abandonne ma vie.

Source : La Poesie françoise, 1540.

Aller directement aux questions
Aller directement au mot caché


Bon à savoir

L’usage des majuscules dans les imprimés de la Renaissance ne correspond pas toujours à celui auquel nous sommes habitués aujourd’hui. De plus, ce n’est pas toujours l’auteur du texte qui décide de leur présence ou non dans une phrase. D’un exemplaire à l’autre d’une même édition, il arrive même que l’on observe de petites variations qui montrent que les imprimeurs, pas toujours soigneux, ont pu faire des choix différents pour  la graphie d’un même mot. Il faut donc être très prudent lorsqu’on commente la présence d’une majuscule à un endroit inhabituel (par exemple à l’initiale d’un nom commun au milieu d’une phrase) dans un texte du XVIe siècle.
On peut toutefois observer dans notre poème qu’il y a beaucoup de majuscules en dehors des débuts de vers et début de phrase et que leur utilisation paraît plutôt cohérente. On peut donc tâcher de les analyser : on remarque alors que la majuscule est parfois employée au début d’un nom commun pour faire de lui l’équivalent d’un nom propre – ainsi les mots « Roy », et « Dieu » sont traités comme « Christ » ou « Minerve ». Mais cela peut aussi être une façon d’attirer l’attention du lecteur sur le mot, de montrer l’importance qu’on lui accorde dans la phrase, voire le sens particulier, un peu différent de l’usage ordinaire, qu’on veut lui donner dans ce contexte, sans pour autant que le terme désigne une personne ou un personnage : c’est par exemple le cas des mots « Monde » (v. 1), « Cueur » (v. 8) » et Ame » (v. 9) qui ont un sens particulier dans un contexte imprégné de culture chrétienne. C’est également de cette façon qu’on peut sans doute interpréter les majuscules à « Foy » et « Esperance » (v. 4), même si on peut aussi considérer qu’ainsi écrites les expressions « ferme Foy » et « totale Esperance » deviennent des sortes d’allégories chrétiennes.

***

L’image de François Ier que nous donne ce poème correspond à celle que l’on trouve dans de nombreux textes mais aussi dans de nombreuses représentations iconographiques de l’époque. Bien sûr, le poète joue sur la superposition évidente entre le nom du roi, « Françoys », et le nom de son peuple puisque au XVIe siècle français s’écrivait encore françoys. Or à la Renaissance on aime jouer avec l’onomastique et on peut bien sûr s’amuser très facilement avec ce prénom, pour la première fois porté par un roi qui n’était même pas d’abord destiné à régner puisqu’il ne monte sur le trône qu’à la faveur d’une crise de la monarchie, son prédecesseur, Louis XII, n’ayant pas d’héritier mâle susceptible de lui succéder. Ce nom est une façon de dire que c’était malgré tout le destin de François de régner sur la France, qu’il y a une sorte d’évidence à ce que le « Roi Françoys » soit le « Roy de France ». Mais le jeu sur les noms ne s’arrête pas là et peut gagner les adjectifs, ce que montrent les v. 5 et 6 qui jouent de toutes les possibilités, de son et de sens, permises par les mots « France », « Franc » et « Françoys ». Le terme « Franc », placé en position forte à l’entame du v. 6, peut renvoyer aux origines supposées franques et gauloises du peuple français. Mais c’est aussi un terme qui a en Moyen français un sens plus fort qu’aujourd’hui : il ne qualifie pas seulement celui qui est direct et sincère, celui qui dit ce qu’il pense (sens actuel) mais renvoie aux notions de liberté et de noblesse (voir la définition du DMF) : ainsi le roi porte-t-il un prénom qui non seulement le destine à régner sur les Français mais qui fait aussi de lui un prince, qui n’a de compte à rendre à aucun autre homme.

Estampe du Maître des Heures de Henri II, « François Ier en déité composite », c. 1550 [Source : exposition BNF François Ier].

On observe enfin que François Ier est associé à une figure mythologique (ce qui est fréquent à une époque nourrie de culture antique) féminine (ce qui en revanche paraît plus surprenant) : il s’agit de Minerve dont il est, nous dit le texte, le « refuge ». Ce que Charles de Sainte-Marthe entend mettre en avant de cette façon, c’est la sagesse du roi, Minerve étant dans la mythologie romaine la représentante de cette vertu, comme Athéna l’est dans la mythologie grecque. Ainsi, alors même que le très chrétien Charles de Sainte-Marthe parle du très chrétien François Ier (sa qualification la plus fréquente à l’époque) dans un poème qui traite de la religion chrétienne, cela ne l’empêche pas d’intégrer à ses vers cette référence païenne à Minerve. Il fait œuvre ici de syncrétisme, comme beaucoup de ses contemporains qui essaient de concilier la culture antique avec leurs croyances chrétiennes. Le portrait que nous reproduisons ici montre en outre que l’association entre François Ier et Minerve, malgré son caractère surprenant, n’est pas propre à Charles de Sainte-Marthe : en cliquant sur l’image, vous pourrez accéder à une page de l’exposition virtuelle consacrée en 2015 par la BNF à  François Ier qui montre comment les attributs de Mars, Minerve, Mercure et Amour se trouvent associés à cette figure d’un roi en costume antique.

Revenir au texte


Questions

Compréhension
  1. En Moyen français, le pronom sujet est moins souvent exprimé qu’aujourd’hui : relevez dans le texte les verbes dont le sujet n’est pas exprimé et indiquez à quelle personne ils sont conjugués.
  2. Faites une recherche sur ce qui signifie pour les Chrétiens l’expression Vertus théologales : quel lien observez-vous entre cette notion et le dizain de Charles de Sainte-Marthe ?
  3. Résumez le sens du poème en quelques lignes.
Interprétation
  1. Observez les choix de versification du poète : type de vers, schéma de rimes, qualité des rimes (masculines ou féminines) puis faites le même travail avec d’autres dizains de l’anthologie (vous pouvez les sélectionner en choisissant « dizain » dans le menu déroulant « genres » en haut de la page). Que remarquez-vous ?
  2. Quelle image de Dieu et du Roi nous donne le poète ? Justifiez votre réponse.
  3. Par quels procédés Sainte-Marthe établit-il un lien entre Dieu et François Ier ? Quel effet produisent ces procédés ?
  4. Quelle image de lui-même nous donne le poète dans ce texte ?
  5. Relevez d’une part les termes qui renvoient au monde terrestre et au corps  et d’autre part  ce qui renvoie au ciel et à l’esprit. Qu’en concluez-vous sur la répartition qu’opère le poète entre ce qu’il doit à Dieu et ce qu’il doit à son roi ? 
  6. L’épigramme est adressée au roi François Ier : selon vous, pourquoi Sainte-Marthe lui écrit -il cela ? quel effet cherche-t-il à produire sur lui ?

Revenir au texte

 


Glossaire, j’y serre mes gloses*

[*D’après un titre de Michel Leiris]

Voici une liste de questions ou de définitions : les réponses correspondantes sont cachées dans le bloc ci-dessous. Saurez-vous les retrouver ?

  1. Comment appelle-t-on un poème de dix vers ?
  2. Quel est le mètre (c’est-à-dire le type de vers) utilisé dans ce poème ?
  3. Dans ce type de vers, on la trouve le plus souvent après la quatrième syllabe.
  4. Genre poétique bref, le plus souvent de deux à vingt vers, hérité de l’Antiquité mais remis au goût du jour dans les années 1530.
  5. Figure de style qui appartient à la catégorie des images mais qui ne nécessite pas d’outil de comparaison pour lier comparant et comparé.
  6. Sainte-Marthe joue avec celui de François Ier.
  7. Sur terre, Sainte-Marthe lui obéit.
  8. Au ciel, Sainte-Marthe lui obéit.
  9. Celle de Sainte-Marthe, et de façon générale des évangéliques, est qualifiée de « ferme ».
  10. Parmi les Chrétiens, ceux qui se sont séparés de l’Eglise catholique romaine à partir du XVIe siècle, appartiennent à cette religion.
  11. Comment appelle-t-on l’époque à laquelle ce poème a été écrit ?
  12. À cette époque, un courant de pensée européen met l’homme, les langues, les textes, le savoir et de façon générale la culture au centre de tout : comment s’appelle-t-il ?

Revenir au texte


Pour citer cet article : Charles de Sainte-Marthe, « Je n’ay qu’un Dieu et un Roy en ce Monde », 1540, texte édité par Équipe éditoriale de la Fleur des Tanneurs, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 29 avril 2021, https://fdt.hypotheses.org/880, article consulté le 18 mai 2021.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres, promotion 2020-2021].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search