Clément Marot, “Quand je vous ayme ardentement”, 1542

“Aultre.”

Introduction

Dans l’anthologie La Fleur de poésie francoyse publiée en 1542 et dont est tirée la version du texte que nous reproduisons ici, aucun auteur n’est mentionné. Certains n’ont toujours pas été identifiés et leurs textes restent donc anonymes. D’autres sont en revanche connus par d’autres sources qui donnent leur nom et c’est ainsi qu’on peut leur attribuer leurs textes. C’est le cas pour ce poème qui figure également dans le second livre des Epigrammes de Clément Marot et qui a sans doute été composé en 1537 ou 1538. 


Texte

Quand[1] je vous ayme ardentement[2]
Vostre beaulté toute aultre efface,
Quand je vous ayme froidement
Vostre beaulté fond comme glace.
Hastez vous donc me faire grace[3]
Sans plus user de cruaulté,
Car si mon amytié se passe,
A Dieu command vostre beaulté[4].

Source : La Fleur de poesie françoyse, 1542.


Notes

[1] L’exemplaire que nous reproduisons porte Quant pour Quand (v. 1 et 3), font pour fond (v. 4). Nous les remplaçons par l’orthographe moderne, qu’on trouve d’ailleurs dans d’autres éditions du XVIe siècle, pour éviter toute confusion avec les mots actuels de même forme (“quant à” ; “ils font”, 3e personne du pl. du verbe faire au présent).

[2] Ardemment. Comme tout adverbe de manière, cette première forme était bâtie à partir du féminin de l’adjectif auquel était rajouté le suffixe -ment (d’une façon ardente, c’est-à-dire brûlante).

[3] Hâtez-vous donc de me faire grâce ; dépêchez-vous de me donner satisfaction.

[4] “Je recommande à Dieu votre beauté”, c’est-à-dire : la seule chose qu’il restera à faire sera de s’en remettre à Dieu et d’espérer que votre beauté subsiste (parce que mon amour ne sera plus là pour la révéler).


Questions

  1. Selon vous, le “je” qui s’exprime dans ce texte est-il un homme ou une femme ? Y a-t-il un indice grammatical nous permettant de le déterminer avec certitude ?
  2. Mêmes questions pour le “vous”.
  3. Que concluez-vous de cette étude de l’énonciation ?
  4. Observez la gravure qui accompagne le texte dans cette édition : en quoi vient-elle confirmer vos observations sur l’énonciation ?
  5. Ce huitain a connu quatre mises en musique différentes au XVIe siècle (Alaire, 1538 ; Arcadelt, 1547 ; Certon, 1570 et Pevernage, 1591) à quatre, cinq ou sept voix : que permettent, dans la perspective du chant, les choix d’énonciation que vous avez repérés ?
  6. Comparez le texte tel qu’il figure dans le recueil de La Fleur de poesie françoyse de 1542 avec les partitions ci-dessous, qui reproduisent trois des quatre voix de la mise en musique composée par Arcadelt en 1547 (mais présentée ici dans une réédition un peu plus tardive de 1567). Quelles différences observez-vous ? Comment les expliquez-vous ?
    Pour vous aider à répondre faites une recherche sur la chanson polyphonique à la Renaissance et expliquez ce que signifient les voix de Superius, Altus, Tenor et Bassus.

    [NB. On peut consulter aussi la partition complète de cette chanson polyphonique, voix d’Altus comprise, dans une notation musicale moderne]

  7. Dans les Œuvres de Clément Marot publiées en 1538, le huitain porte le titre “À une qui faisoit la longue” (c’est-à-dire qui faisait traîner les choses en longueur) : expliquez en quoi ce titre aide à mieux comprendre le sens du texte.
  8. Dégagez le plan du huitain. Appuyez-vous sur l’analyse de cette organisation pour expliquer ce que le “je” cherche à dire au “vous”.
  9. Comparez les v. 1-2 aux v. 3-4 : qu’observez-vous ? Quelle impression cette façon d’écrire produit-elle ?
  10. Quelle est la nature du lien établi entre l’amour et la beauté dans ce huitain ?
  11. Observez les rimes de ce poème :
      • quelle est leur disposition (suivies, croisées, embrassées) ?
      • quelle est leur nature (masculines, féminines) ?
      • quelle est leur qualité (pauvres, suffisantes, riches) ?

    Que peut-on tirer de ces observations pour l’interprétation du texte ?

  12. Lisez le sonnet ci-dessous et comparez les deux poèmes en indiquant dans un tableau quels sont leurs points communs et quelles sont leurs différences (sur le plan de la forme comme du fond).

Lecture complémentaire

Louise Labé, “Je vis, je meurs…”, sonnet VIII, Euvres, 1555.

Je vis, je meurs ; je me brule et me noye.
J’ay chaut estreme en endurant froidure :
La vie m’est et trop molle et trop dure.
J’ay grans ennuis entremeslés de joye.

Tout à un coup je ris et je larmoye,
Et en plaisir maint grief tourment j’endure ;
Mon bien s’en va, et à jamais il dure ;
Tout en un coup je seiche et je verdoye.

Ainsi Amour inconstamment me meine ;
Et quand je pense avoir plus de douleur,
Sans y penser je me treuve hors de peine.

Puis quand je croy ma joye estre certeine,
Et estre au haut de mon desiré heur,
Il me remet en mon premier malheur.


En lisant, en écrivant*. Écrit d’appropriation

[*D’après un titre de Julien Gracq]

Sujet d’invention

Vous êtes un ou une amante qui connait les affres de la passion et vous exprimez dans un huitain votre amour ardent pour la personne que vous désirez en imitant le style pétrarquiste, à l’œuvre dans les deux textes étudiés.


Pour citer cet article : Clément Marot, “Quand je vous ayme ardentement”, 1542, texte édité par Léa Blateyron, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 29 avril 2021, https://fdt.hypotheses.org/927, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search