Hugues Salel, “Il n’est pas dict que tousjours faille escripre”, 1540

“Au Lecteur. Epigramme.”