Jean Paradin, “Si Pallas peult par son divin sçavoir”, 1546

“D’une Dame saige, belle et riche.”